mercredi 9 septembre 2015

De la bédé à la pop, voici The Bowling Balls + Extra Ball

Il était, en Belgique, une fois !!, une bédé qui donna naissance à un groupe rock. Ca ne pouvait se produire que dans .....le plat pays.

En 1977, Frédéric Jannin et Thierry Culliford (fils de Peyo des Schtroumps) créent la série de bande dessinée "Germain et nous"  pour un encart à bulles dans le "Trombone Illustré", un supplément transgressif, devenu culte, du journal "Spirou". Journal dans lequel on trouvera des petites chroniques de Roba, Gotlib, Franquin, Moebius, Bretécher, etc...(Liste non exhaustive)

Dans cette BD, des ados dansent sur la musique d'un groupe totalement inventé par ses auteurs "The Bowling Balls"

Mué par le succès, Jannin et Culliford imaginent le groupe sur papier et naissent ainsi de fausses interviews agrémentées de dossiers de presse et annonces de sortie de 45t bidons ! Des fausses pochettes de disques seront même envoyées au journalistes !

La rencontre avec Bert Bertrand sera cruciale. Ce journaliste qui œuvre pour la rubrique "Rock" de "Télé-Moustique" seul maga a apporter une info pro sur la musique rock en Wallonie à l'époque  est prêt pour lancer l'aventure avec Christian Lancvrind, un ami un peu loufoque qui sortira quelques 45t sous le pseudo de "Fernand" avant de se lancer dans le commerce de l'or !

De cette (blague) idée (1978) sortira un 1er vrai 45t le 1er avril 1979 (ça ne s'invente pas), "God Save The Night Fever" en face A. Un mix entre "God Save The Queen" des Sex Pistols et "Saturday Night Fever" des Bee Gees (vous l'aurez compris).

En face B on trouve le délirant "Dreadlock 'N Lol" (les 10cc n'en reviendront pas) un reggae rempli de dub et reverb avec ses paroles hallucinées à coups de "Zion" de "Pipi d'Jah" et autres "Babylone is falling"

Si ce titre ne rencontre pas encore un gros succès, le suivant, une pop-new-wave, "Visco Video" sera le vrai démarrage du groupe auprès du grand public.

A propos du groupe, quel est-il ? Les gars vont se cacher derrière des pseudos, les frères "Ball" évidement !

Jannin devient  Averell Ball, Culliford, Elton Ball, Bertrand, Billy Ball et Lanckvrind, Fernand Ball !

Les allemands commandent une version Maxi de "Visco Video" et ils l'auront (et vous aussi en bonus)

"You Don't Know What It's Like To Be Alone In The House" est LE titre 'à la Barry White' (juste pour sa longueur, on s'entend !) du groupe qui sort en 1981 et devient un bon hit....en Belgique. Suivra encore "The Boys" avec au dos "The Girls" évidemment !

En 1983, c'est l'unique album : "First And The Last Bowling Balls Album For The Same Price" qui est gravé, reprenant tous leurs 45t.

Pour la production le groupe a su s'entourer de cadors, tels Marc Moulin et Dan Lacksman (Telex) et Phil Delire....et ça s'entend !

Je vous propose le double CD compilation paru en 2003 et assez rare et confidentiel avec des inédits !

De sacrées bonnes chansons pop-électronique, pleines de dérisions et ...jeux de mots !

En pré-écoute, la version maxi (vinyle non rééditée) de "Visco Video" de 1980 et LE reggae chinois mitonné aux substances aromatiques que vous n'entendrez plus jamais interprété de cette manière. 

Jetez-y une oreille !! Reiser l'a bien fait, lui !

 (CD + Maxi Vinyle) Ariola & Vulcain Records 1980/2003 Mp3/320

Liens vers le bowling









The Bowling Balls - Visco Video (Long Version Spécial Visco Mix) 1980 The Bowling Balls - Dreadlock 'N Lol (Chinese Reggae) 1979

6 commentaires:

MemorHits Seric a dit…

Visco Disco me rappelle vaguement quelque chose.
C'est bien le son "new-wave" tendance minimaliste de l'époque.
Pour "Dreadlock", je n'avais pas encore lu ton article en entier mais j'avais instantanément pensé à Ten CC également à cause du titre.
Un grand moment

Doc Vinyl a dit…

Musique minimale, effet maximum. Un (faux) groupe absurde comme on en fait plus. On sent que les gars se sont bien amusés et peut-être abusés de substances rigolotes.
God save the night fever, vaut aussi son pesant de cacahouètes.

Roberto a dit…

J'avais acheté cette double compile à sa sortie et je l'ai écouté en boucle (ce dont mes collègues d'atelier ont fait les frais). Par contre la version Maxi de Visco Video je l'avais pas, merci beaucoup ! J'y suis venu par la bédé bien sûr, mais j'y suis resté pour les prod' impeccables de Lacksman, pour l'humour des textes et le phrasé pince sans rire de Bert Bertrand. A part 10CC on peut aussi trouver des références à Joy Division (R-Dance), aux Pistols et aux Bee Gees (God Save the Night Fever), à Ricchi & Peveri (Come Va), à Lou et les Bananas (Maracaïbo, peut-être O I Miss You aussi) et à Madness (the Last Ska, quasi du copié-collé). Sans doute qu'il y a d'autres références qui m'ont échappé. Sur Double Trouble ils ont été fichus de placer une rime sur Charlie Schlingo, un auteur de bd génial que j'ai fréquenté il y a une quinzaine d'années. Les reprises du second disque sont inattendues mais pas mal du tout, je crois qu'au départ il ne s'agissait que de démos finalisées par Lacksman & Jannin pour cette compile. Je sais pas bien qui faisait quoi dans le groupe, je pense qu'il y en a au moins deux (genre Peyo junior) dont le rôle n'était que de faire les clowns sur scène, mais pour un groupe canular ils tenaient quand même plutôt bien la route !

Roberto a dit…

(Ah une référence qui m'avait échappé : l'inévitable "oohoo woohoo" du Michael Zager Band. Peut-être aussi quelques réminiscences du Popmusik de M. Et cætera)

Doc Vinyl a dit…

Chaque titre à sa référence et c'est complètement volontaire. Je pense qu'ils en ont fait un jeu entre-eux et pour .... nous aussi.
C'est bien d'être passé par ici.
Les liens fonctionnent encore !!!
Miracle !
;-)

Roberto a dit…

Je suis repassé par là parce que je prépare une illus sur eux et que je cherchais à me documenter (trouvé tout ce qu'il faut, ça devrait être sympa). Mais plus j'y pense plus je me dis que vu le nombre de références il y a moyen de faire une compil pour aller avec, qui n'aura de réel intérêt que pour ceux qui connaissent sur le bout des doigts la discographie des Bowling Balls, ce qui doit faire à peu près deux personnes et demi (et encore). Bah ! Ça distraie.