mardi 29 septembre 2015

Baggy Trousers !

En 1979, un revival "Ska" est propulsé dans les radios par Jerry Dammers qui crée le label "Two-Tone" caractérisé par son esthétique à damier noir et blanc chez Chrysalis Records.
Madness, The Selecter, The Bodysnatchers, The bad Manners, The (English) Beat et The Specials (groupe de Dammers) y lancent leurs premiers scuds Ska bardés de beaucoup de reprises rocksteady et de quelques titres originaux. On redécouvre alors, les Skatalites, Prince Buster et ....Desmond Dekker.
Madness et The Beat quittent rapidement Two-Tone pour rejoindre peu de temps Sire Records.
The Beat et son leader Ranking Roger, crée leur propre label (Go-Feet) en 1980 pendant que Stiff Records, à l'affût et sentant la poule aux oeufs d'or, engage Madness et propulse le groupe vers le succès que l'on sait.
Stiff fait plus fort encore, il contracte Desmond Dekker (Desmond Adolphus Dacres (1941-2006) pionnier du genre dans les 60's) et réenregistre plusieurs de ses succès sur un album "Black & Dekker" (ça ne s'invente pas !) Son fabuleux "Israelites" original de 1968 ressort produit avec l'aide des Rumours. Robert Palmer donnera aussi un coup de pouce. Dekker fera ensuite plusieurs concerts en compagnie des Rumours de Graham Parker.
La nouvelle version réorchestrée de Israelites est plus enlevée et rapide. A choisir je la préfère même à l'originale !
En face B on trouve un nouveau titre reggae écrit par Dekker "Why Fight ?".
J'ai ajouté la VO de 1968 de "Israelites" pour comparer. Bonne écoute.


 (45t) Stiff Records 1980 Mp3/320



A) Israelites (D. Dacres/L. Kong) 1980 B) Why Fight ? (D. Dacres) 1980 Desmond Dekker & The Aces - Israelites (D. Dacres/L. Kong) 1968

lundi 28 septembre 2015

Retour vers le passé décomposé en mode Pop Corn 60's

Un petite parenthèse sixties vers un 33t attachant.

En l'an 1982, je négociait un virage à 180° en tant qu'animateur radio. Pour me changer les idées et parfaire mes connaissances musicales, je fis, pendant un an, une émission "Sixties" tous les dimanches matins de 7 à 9 heures. Je fus séduit par un album paru chez Vogue avec des titres que je connaissais et d'autres que je ne connaissais pas du tout.

De "A Swingin' Safari" des Les Brown Jr., j'en fis mon générique d'émission.

Cet album fait partie de moi, quelque part ! On y trouve un florilège de titres, pour la plupart instrumentaux, dans un style joyeux et ....pop corn (of course) couvrant une période de 1958 à 1967 !

Ca commence par un "Summertime" de Gershwin bien orchestré par Billy Stewart, suivent en vrac, une version accordéon de "Last Night", des thèmes de 007 revisités par Billy Strange, la version italienne de "Downtown" de Petula Clark et Jack Ary qui lance ses tomates sous forme de slogan publicitaire avec une rythmique Cha Cha Cha !

Bref, que du bon ....souvenir.

J'ai ajouté en bonus, la face B du 45t de Jack Ary "Theodore le dinosaure" ....car j'aime bien, ainsi que la version plus "rocksteady" des belges Shake Spears de "Summertime" ! Na !



(33t) Vogue Records 1982 Mp3/320




Billy Stewart - Summertime 1960 Les Brown Jr. - A Swingin' Safari 1963 The Shake Spears - Summertime 1966

dimanche 27 septembre 2015

Instru Mental !



Le talent ça ne s'improvise pas, c'est inné ! 
André Brasseur est un compositeur exceptionnel et...il est belge. Son outil de travail, le clavier et celui de prédilection est l'ORGUE, le Hammond ! Il commence d'ailleurs sa carrière comme joueur de jazz avant de se lancer dans des instrumentaux qui feront la joie des thèmes "radio/Télé" voire même des génériques de séries. La RTB(F) en abusera avec bonheur et Europe 1 suivra aussi. Ses titres les plus emblématiques seront enregistrés dans les 60's. "Early Bird" reste un de ces classiques daté de 1965. L'homme qui touche à tous les claviers approche aussi les synthétiseurs dans les seventies.


Mis à part ses succès sixties, peu de ces titres ont été réédités, car on ne compte plus le nombre de 45t qui sème sa carrière. 

En 1977, André Brasseur fait une escale sur le label RKM de Roland Kruger. A cette époque, tous les artistes proposent un titre "Disco" pour accrocher au wagon de l'air du temps. Brasseur ne fera pas exception à la règle en sortant cet "Experience" en 45t (jamais réédité). En Face B on y retrouve une mélodie plein de zenitude qui fait sa marque de fabrique : "Reverie" ou il troque son orgue pour un ... piano et des synthés en toile de fond.
L'exception qui confirme la règle fait que la face B se retrouvera sur son album "On Fire!" et la face A  sur un album dédié au disco "Experience" tous deux édités en 1977 !!


Je repense toujours à cette phrase entendue quand j'étais enfant "Là ou le brasseur passe, le boulanger ne passe pas !" Je pense qu'on ne parlait pas du même brasseur ! Mouarf !

 (45t) RKM Records 1977 Mp3/320



A) Experience (A. Brasseur) 1977 B) Reverie (A. Brasseur) 1977

samedi 26 septembre 2015

Axe Rouge..



Après avoir enregistré un premier 45t en anglais dans un style "Italo-Disco" en 1986 avec "Back In Tokyo", "Kennedy Boulevard" lance Axelle (Red) sur la piste du succès en 1990. Suivra ensuite cet "Aretha Et Moi" qui connaîtra un petit succès en se classant 34ème au Top 50 belge en 1991.


Lorsque je me suis interrogé sur l'absence de ce titre sur son Best Of, j'ai compris très vite qu'il s'agissait un problème de droit. Ce titre étant sorti sur RCA, Axelle poursuivra sa carrière sur Virgin dès 1992 CQFD. 


Revenons donc à ce "Aretha et Moi" très Soul-Funk bien enlevé, bien ficelé en hommage à Franklin. Composé et produit par Richard Seff. Son frère, Daniel, sera à la compo conjointe pour la face B "Roule", une ballade avec force d'harmonica. Les 2 titres annoncent clairement la voie choisie par Axelle pour la suite de sa carrière.


Je vous propose la version 45t, tout en sachant qu'un maxiCD fut édité comprenant une version longue d'"Aretha...". Une deuxième salve de ce titre en CD sortira en 2000, mais il s'agit là de la version "Live" extraite de son album "Alive". 

(45t) RCA 1991 Mp3/320
  



A) Aretha Et Moi (R. Seff) 1991 B) Roule (R. Seff/D. Seff) 1991