samedi 3 juin 2017

Son de deux hommes 2

Le deuxième volume de l'intégrale de Two Man Sound est enfin dans les "bacs" du Doc !

Consacré presque exclusivement à l'année 1975 particulièrement prolifique, le groupe a trouvé sa voie et son style.

Emmené par leur reprise de Benito di Paula "Charlie Brown" ce volume est à très forte tendance Latino-américaine.
Des chansons originales mais aussi pas mal de reprises seront au rendez-vous des deux albums sortis cette année-là.

Trois éléments à noter :

- Benito di Paula n'avait pas été averti de cette reprise et n'était pas particulièrement d'accord avec le traitement enjoué donné à "Charlie Brown" par TMS. La chanson étant à l'origine sur un tempo plus lent. C'est Sylvain qui aura l'idée d'accélérer le rythme. Le succès (jusqu'en Amérique du Sud) et les royalties ayant finalement calmé la colère de son créateur.

- Ils enregistrent leur seul et unique chanson française de leur répertoire avec "Frou Frou" qui bien qu'édité en 1975 ne sortira en 45t que l'année suivante (Idem pour "So Fla Fla")

- Une idée saugrenue de Lou sera de sortir une version "Mix" de Charlie Brown pour la France sous le pseudo de Charlie Brown Family ! Ce titre sortira chez Ibach et RKM mais avec la même face B qui portera un titre différent selon le label !! (Le margoulin). Il s'agit en fait d'une version instrumentale de "Somebody Is Ready To Love You" sorti un an plus tôt. 

La suite sera plus.....Disco avec les medleys, mais c'est pour la prochaine fois.

(Compilation Maison) 1974-1975 Mp3/320




Money Money 1975 So Fla Fla 1975

13 commentaires:

Roberto a dit…

Un merci très vif, tu monopolises mes cages à miel décidément :)

TonTonMusik a dit…

Encore une journée pour chanter "soooo flaaaa flaaaa" Merci

Algernon a dit…

Sympa, enjoué, ensoleillé, bêbête juste ce qu'il faut.
Merci Doc Vinyl

gaby a dit…

Merci beaucoup pour ce second opus très attendu
Une "Doc Prod" qui a de la classe

MemorHits Seric a dit…

MErci pour cette suite qui m'évite d'avoir à ripper mes disques... :-)

Jo a dit…

Benito (dit Paula, mouarf !) était peut-être fâché après lui-même de ne pas avoir eu l'idée du tempo plus rapide, et plus accrocheur.

Hop, je chope !

Doc Vinyl a dit…

Je constate une approbation générale.
Je peaufine la suite pour bientôt 😎
NB merci à Roberto pour m'avoir gentiment aiguillé vers une présentation plus ....adéquate et non sujette à critiques (qui auraient été justifiées) n'est-ce pas RobertA ? 😂😂

Roberto a dit…

Chicos est Roberta ! http://youtu.be/efvsSS6_ZYw

Roberto a dit…

J'écoute la compile, ce que je n'avais pas fait avant. C'est plus policé que la première, ça part moins dans tous les sens mais ça s'écoute bien quand même. Money Money, Deprijck la réutilisera sur le premier album de Plastic Bertrand sous le nom (adéquat) de Pognon Pognon et assortie d'un rythme autrement plus rapide.

Roberto a dit…

Il y a quand même quelques moments WTF (comme disent les jeunes) en dépit de l'unité de ton, genre la chanson sur Bardot, la reprise de Frou Frou et les accents ou les paroles en général. Caramba Señor ! Marrant que ça ne les ai pas empêché d'avoir du succès en Amérique Latine, remarque quelle importance, l'enthousiasme et la bonne humeur sont bel et bien là, et musicalement c'est même pas honteux, on échappe au plaisir coupable. J'adhère !

Roberto a dit…

Rien ne se perd chez Deprijck : Somebody Is Ready to Love You / Charlie Brown Here We Come / We're on your Side recyclé aussi pour Plastic Bertrand, chez qui ça deviendra le Petit Tortillard ! Que je vais me réécouter dans la foulée tiens.

Doc Vinyl a dit…

Finalement le groupe a écrit 4 chansons et des remisques pour eux ou le Plastic. Tu es perspicace et scruteur de copies peu conformes.
Deprijck est un grand écologiste, le roi du recyclage.
Merci Roberto pour tes recherches et informations bien utiles.
😉

Roberto a dit…

Oui le premier album de Plastic sent un peu la précipitation, avec pas mal de recyclages à 200 à l'heure assortis de grosses grattes. Sauf que c'est précisément le principe du punk, et qu'en voulant le parodier Deprijck en a au contraire parfaitement compris l'essence ! Normal : c'est plus ou moins ce qu'il faisait dix ans avant à ses débuts, et il aurait presque pu reprendre Charlie Brown à cette sauce. Les albums suivants seront plus écrits (mais pas désagréables) autour d'un improbable personnage d'amoureux qui cite Vincent Scotto et fume le cigare (et donc tient plus de Deprijck que de Plastic), au quatrième album ça tourne un peu en rond, ils ont bien fait d'arrêter les frais. Alors certes le sujet ici c'est Two Man Sound, pas Plastic Bertrand ; mais la carrière des uns et des autres ressemble à un gros puzzle finalement assez cohérent. Ne me demandez pas ou placer Viktor Lazlo dans tout ça, je ne connais pas assez.